Comment prévenir et diagnostiquer un AVC chez le chien ?

Selon les spécialistes de la santé canine, les risques d’AVC sont moindres chez les chiens que chez les humains.

chien allongé au sol

Toutefois, cela n’exclut pas la possibilité qu’un tel accident survienne en fin de vie de votre animal. J’ai un voisin dont le chien de 15 ans a déjà eu 2 AVC.

Il reste  doncprimordial de savoir diagnostiquer et surtout prévenir un AVC chez votre toutou. Comment se manifeste-t-il ? Surtout, comment réagir si vous pensez que votre chien en a eu un ? Plus de détails ici.

AVC chez un chien : ce qu’il faut savoir

Tout comme l’être humain, les risques d’accident vasculaire sont présents chez le chien. Quoique rare, un AVC peut atteindre votre canidé.

Les risques sont plus importants si votre animal est âgé ou mal nourri. Quoi qu’il en soit, sachez qu’il y a deux types d’AVC chez le chien.

  • AVC hémorragique

Un choc ou un traumatisme crânien peut rapidement provoquer un AVC hémorragique, surtout en cas de déchirure du vaisseau.

La forte pression du sang peut causer d’importants troubles à votre animal. Ces derniers peuvent entraîner sa mort s’ils ne sont pas pris en charge rapidement.

  • AVC ischémique

En raison du vieillissement, votre chien peut avoir un caillot dans le cerveau. Cela empêche la circulation sanguine et entraîne des troubles neurologiques.

En général, ce type d’AVC est le plus courant chez les chiens. Il faut savoir identifier les symptômes pour anticiper sur de probables accidents.

Quels sont les symptômes d’un risque d’AVC chez le chien ?

Le corps d’un chien aussi réactif que celui des humains et il y a donc des signes qui ne trompent pas pour comprendre que votre chien a eu ou risque d’avoir un AVC.

Si vous remarquez les comportements suivants, vous devrez agir rapidement en consultant un vétérinaire :

  • tremblements,
  • désorientation,
  • vomissements,
  • convulsions,
  • asthénie brusque,
  • absence de réaction ou mouvement haché,
  • déséquilibre,
  • tête inclinée sur le côté.

Tous ces signaux sont variables et discontinues. Ce qu’il faut, c’est être très regardant sur le changement de comportement de votre chien.

Dès que vous identifiez l’un de ces symptômes, il serait prudent de contacter immédiatement un vétérinaire.

Comment savoir si mon chien a fait un AVC ?

Cependant, il n’est pas rare de constater un arrêt vasculaire cérébrale chez le chien sans signes précurseurs. Dans ce cas, l’accident peut survenir de façon extrême, voire brutale.

Dans ce cas, vous allez constater chez votre animal des manifestations atypiques comme un bruissement de la mâchoire, une contraction musculaire, un durcissement du corps ou même une inertie des membres… Tels sont les symptômes brusques qui surviennent quand votre canidé fait une crise liée à un AVC.

Si vous rentrez à la maison après une absence et constatez votre chien amorphe, hagard avec une démarche ou des gestes étranges, il se peut qu’il ait eu un AVC. En allant chez le vétérinaire faire quelques examens, vous en aurez le coeur net. Un scanner permet de voir les traces lésées au niveau du cerveau par un AVC.

L’urgence d’intervention reste la même en cas de symptômes mineurs ou majeurs. En effet, le pronostic vital de votre animal reste engagé en cas d’AVC, qu’importe si cela s’est accompagné de troubles effrayants ou de réactions plus calmes.

Comme dit précédemment, l’AVC est rare chez les chiens, mais pas inexistant. S’il est important de savoir réagir face aux symptômes, il est encore mieux d’agir en amont par de la prévention.

En effet, une prévention quotidienne peut éviter à votre canidé de se retrouver aux urgences et même de subir des séquelles à vie à cause d’un AVC.

Comment prévenir un AVC chez le chien ?

En ce qui concerne l’AVC, les chiens les plus à risque sont les plus âgés et ceux qui ont une mauvaise hygiène alimentaire.

Vous l’avez compris, la meilleure méthode pour éviter un AVC chez votre toutou est contrôler l’état de santé de votre animal régulièrement chez un vétérinaire (au moins une fois par an), puis de mettre en place une routine de vie bonne pour lui.

Ainsi, assurez-vous de lui offrir une alimentation saine. Un chien obèse est 3 fois plus exposé à un AVC. De même, aidez votre chien à la pratique d’exercice physique.Veillez à ce que cette activité soit adaptée à son âge et sa forme. Ainsi, n’allez pas lancer la balle à un vieux chien en pleine canicule.

Plus votre chien vieillit, plus vous devez vous montrer regardant sur la qualité de sa nourriture et la quantité de croquettes qu’il mange.

Enfin, soyez réellement présent pour lui. De l’amour et de l’attention vous permettront de vous rendre compte de troubles de santé rapidement.